BIO


Bordeaux Vineam jouit d’une pratique de l’agrobiologie de plus de 16 ans. Placée dans un environnement qui lui est favorable, notre vigne est plus forte face aux bio-agresseurs, elle nécessite donc moins d’intervention humaine, s’épanouit naturellement, produit des raisins à son image et des vins sains et de qualité.

Cette pratique naturelle, ancestrale, nous conforte dans notre recherche d’authenticité car elle produit des vins identiques à ceux que buvaient nos aïeux : dotés de caractères uniques et reflets de la typicité de leur terroir.

 

BONNE PRATIQUE N°1 : INSTALLATION DE HAIES PROTECTRICES 

Les haies peuvent être la colonne vertébrale d’une trame verte et un facteur de stabilité de l’agroécosystème : elles modèrent les effets du climat, régulent le développement des prédateurs de la vigne en hébergeant les espèces qui lui sont utiles, limitent les transferts de polluants vers les cours d’eau et les fossés, favorisent l’infiltration de l’eau dans les nappes phréatiques, protègent de l’érosion et diversifient le paysage.

 

Bordeaux Vineam s’engage donc à planter chaque année, sur l’ensemble de ses propriétés, plusieurs centaines de mètres de haies protectrices : un savant mélange d’essences différentes, de Chênes Pédoncule, d’Erables Champêtre, de Prunelliers, d’Aubépines, de Pruniers Myrobolan, de Pommiers Sauvages, de Charmes Communs, de Cornouillers Sanguins, de Poiriers Sauvages, d’Alisiers Torminal, de Troènes des Bois, de Noisetiers Communs et de Cerisiers Sainte Lucie.

 

BONNE PRATIQUE N°2 : MISE EN PLACE DE RUCHES

En butinant de fleur en fleur, l’abeille ne produit pas que du miel : elle participe à la production de nombreuses cultures, contribue à la qualité des récoltes et joue avec les autres pollinisateurs sauvages un rôle essentiel dans le maintien de la biodiversité végétale.

Aussi, bien que l’abeille ne soit pas nécessaire au cycle de production des raisins, Bordeaux Vineam investit chaque année dans des ruches qu’elle entoure de jachères fleuries.

 

BONNE PRATIQUE N°3 : TECHNIQUES CULTURALES SIMPLIFIEES

Les labours ont de nombreux impacts négatifs sur le sol : déstructuration, érosion, baisse du taux de matière organique... Ils nuisent aussi gravement à son activité biologique et transmettent les maladies.

Le principe de la Technique Culturale Simplifiée est de ne jamais laisser la terre à nu et de bannir tout travail du sol par des herses, charrues et autres disques.

Ainsi gérés les sols redeviennent vivants, aérés et sains. La vigne retrouve de fait ses alliés naturels et nécessite moins de traitements phytosanitaires.

Même les semis se font sans préparation du sol.

 

BONNE PRATIQUE N°4 : SEMIS DIRECT SOUS COUVERT

Bordeaux Vineam prend le parti depuis 2017 d’implanter dans les rangs de vigne des couverts végétaux. Ces derniers vont favoriser le recyclage de l'azote et prévenir contre le lessivage. Ils protégeront le sol contre la battance et l'érosion, nourriront les vers de terre et dynamiseront l'activité biologique tout en contrôlant les herbes non désirées.

En cohérence avec notre stratégie de Technique Culturale Simplifiée ces semis se font directement sur un sol sans labour préalable.

En alternant les semis, Bordeaux Vineam crée un environnement favorable au développement des insectes, limite les risques parasitaires et la transmission des maladies tout en diminuant l'utilisation des produits phytosanitaires

 

Sans recours aux herbicides qui est une « viticulture par le vide », Bordeaux Vineam lui préfère une agriculture « par la vie » et sème au printemps et avant les vendanges des mélanges :

 

BONNE PRATIQUE N°5 : LE BIO COMME POINT DE DEPART

Si la viticulture biologique correspond à la vision de Bordeaux Vineam c’est parce qu’elle est porteuse d’une philosophie philanthrope à l’égard de nos employés, voisins, écosystèmes et consommateurs : c’est une agriculture optimiste qui a foi en l’avenir.

Mais nous ne nous satisfaisons pas de ce que nous considérons comme un point de départ : nous remettons sans cesse en question nos savoirs et menons chaque année de nouveaux essais :

 

BONNE PRATIQUE N°6 : ACCES AUX TECHNOLOGIES DE POINTE

Si l’agriculture biologique est un retour aux pratiques vertueuses de nos aïeux elle n’est en aucun cas un retour en arrière : le viticulteur bio bénéficie de réseaux en ligne d’avertissements agricoles, de tracteurs à électronique embarquée avec calculs de vitesse, débits et réglages automatisés, de stations de traitements des eaux usées, de stations météorologiques, de locaux sécurisés de stockage de ses produits, de formation aux nouvelles technologies…

S’il a les pieds dans la terre, le regard du vigneron bio est résolument tourné vers l’avenir. 

 

BIO ET PREMIUM

Placée dans un environnement qui lui est favorable, notre vigne s’épanouit, produit des raisins à son image et des vins sains et de qualité : 32 médailles sont à mettre à l’actif de nos propriétés cette année !